Madeleine, maman du petit Joseph, croit au centre préscolaire communautaire

« Dans notre pays, l’école est une source de vie. Elle est vraiment importante pour nous.

Madeleine, 21 ans, a deux enfants : Raymond est en maternelle de l’école publique de Yokosiré et Joseph, 3 ans, qui lui va au centre préscolaire communautaire. Et elle est ravie que son fils puisse y avoir accès. C’est en effet un chance pour les enfants qui sont ainsi préparés à intégrer l’école, mais pas seulement. Le CPC participe à l’épanouissement des enfants. Madeleine l’a bien remarqué. « Joseph a beaucoup changé depuis qu’il va au CPC. Quand il rentre à la maison, il veut partager ce qu’il a appris : les chansons, les récitations, les 7 jours de la semaine, l’alphabet, les nombres de 1 à 10… Et avec ses amis, il essaie de s’exprimer en français. Ce sont comme des petits jeux. »

Madeleine est allée à l’école, elle en connaît donc l’importance. « L’école nous apprend à lire et à écrire. Et quand il y a un petit travail au quartier, c’est d’abord à celui qui est allé à l’école que les gens pensent. Mais, on apprend aussi à s’exprimer, à ne pas avoir peur d’être mal à l’aise devant les gens. » D’ailleurs, elle nous répond, souriante, avec aisance et enthousiasme, le sujet lui tenant manifestement à cœur.

« Dans notre pays, l’école est une source de vie. Elle est vraiment importante pour nous. À présent, mon fils n’est plus comme les petits enfants du quartier qui ne vont pas à l’école. Il est plus ouvert, parle avec les adultes… Il est moins timide. »

C’est donc avec conviction que chaque matin de la semaine, Madeleine emmène Joseph au centre préscolaire communautaire. Ensuite, elle retourne chez elle, rapidement, pour récupérer sa houe et se rendre au champ. Mais elle prend soin de bien calculer l’heure afin d’être de retour à temps pour venir chercher son plus jeune fils au CPC.

Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
UNICEF
Fonds des Nations unies pour l'enfance